Publiportrait de Maryanne, psycho-énergéticienne & coach d’Orientation & Sens de Vie

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Maryanne Manneville. Je suis née à Annecy, j’aime les chats, le chocolat et la couleur bleue.

Parlez-moi de votre activité professionnelle…

J’ai une multi activités :
Je suis spécialiste de la quête de sens et de l’évolution personnelle.
Pour cela, j’ai créé le coaching Orientation & Sens de Vie®. Ce coaching se nourrit notamment de tout mon parcours et de tous les questionnements que j’aurais aimé avoir pour m’orienter dans la vie bien plus tôt.
J’exerce également comme thérapeute auprès de toute personne en souffrance morale qui a besoin de se libérer du passé et de ses schémas limitants.
Je mets aussi mon talent d’énergéticienne à profit pour apporter du bien-être et ré-harmoniser les énergies parfois des lieux mais surtout des gens (beaucoup de gens ne sont pas ancrés alors que c’est la base pour commencer à être bien).
Et enfin, je suis aussi artiste peintre. Je crée ce que j’aime, ce que l’inspiration m’envoie mais je réponds parfois à des commandes.
Mes œuvres sont en général assez forte énergétiquement. Elles peuvent soit être placées en conscience dans un lieu de vie pour le booster, soit séduire quelqu’un effectuant un travail thérapeutique et l’accompagner dans sa transformation.
Voilà, je suis Maryanne et c’est tout (rires).

Comment en êtes-vous arrivée là ? Quel a été votre parcours ?

J’ai un parcours très atypique. Sans le savoir, j’étais en crise existentielle depuis le début de ma vie professionnelle. Je ne l’ai réalisé que tardivement en côtoyant de plus en plus de gens malheureux dans le travail, et en ne m’épanouissant moi-même dans aucune activité, en ne trouvant jamais ma place. Je me suis reconvertie deux fois. J’ai d’abord fait le grand écart entre l’agroalimentaire, la chimie, l’industrie, le médical, l’administratif… J’en ai retiré une expertise multiple tant au niveau des domaines d’activité que des métiers.

Puis j’ai décidé que ça suffisait. J’avais besoin de plus d’éthique, d’engagement au niveau humain et de concret dans ce que je pouvais apporter mais surtout de trouver qui j’étais pour mieux me respecter. Un jour, je me suis questionnée profondément sur ce que je voulais faire dans ma vie : pourquoi étais-je là ? Quelle était ma spécificité, ma vibration unique ? Grâce à tout un cheminement qui fait partie de mon coaching aujourd’hui, j’ai vraiment compris que j’étais là pour soulager la souffrance des gens.

D’ailleurs, on s’est toujours confié naturellement à moi. J’ai une bonne écoute, de l’empathie et je suis assez douée pour trouver les mots justes (mes clients me le font souvent remarquer). Je suis douée pour aider ceux en souffrance et surtout j’ai compris que j’aimais ça !

En parallèle, étant très intuitive en plus d’avoir toute cette expérience professionnelle et une vision très spirituelle de la vie, j’ai voulu éclairer la route des gens perdus. Enfin, mon talent d’énergéticienne demandait vraiment à s’exprimer. J’ai alors décidé de me reconvertir en accord avec qui j’étais vraiment. Enfin !

Car je ne voulais plus perdre mon temps. Vous savez, je suis quelqu’un qui a une connexion très forte avec la notion de finitude (la mort). La vie n’est pas infinie et on a tendance à l’oublier. Beaucoup de gens vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir. Et du coup, ils passent à côté de choses importantes… Or la vie n’est pas un CDI ! D’où ma décision à un moment donné de vraiment passer à autre chose et de prendre ma vie à bras le corps.

D’ailleurs, au sujet de l’orientation, si vous saviez le nombre de personnes que je croise et qui me disent que pour eux aussi, ça a été un peu n’importe quoi… Dans mon cas, mon orientation n’a absolument pas été constructive ni pertinente. En fait, on ne me posait pas de vraies questions. Que ce soit au CIO ou au cours d’une rencontre avec une conseillère au collège, on ne m’a pas aidé à trouver ce qui était vraiment particulier chez moi et ce qui me portait à m’engager…

C’est au contraire toute l’âme d’Orientation et Sens de Vie.
Le travers de la vie professionnelle aujourd’hui est que l’on considère le travail comme une chose et la vie personnelle comme une autre. Le travail ne servant qu’à gagner de l’argent. Beaucoup de gens n’aiment pas leur travail. Ils le considèrent donc comme une corvée qu’ils effectuent sans conscience. Et ils n’attendent que les week-ends et les vacances… Or, moi j’ai à cœur de réunir les gens dans leur Etre. Je veux que leur profession soit une extension de leur personne. Parce qu’on ne peut pas être séparé. On ne peut être qu’Un.

En plus, le travail doit redevenir éthique et humain, ce qu’il n’est plus trop aujourd’hui. Il y a beaucoup de gens qui ont des TMS (troubles musculo squelettiques), qui font des dépressions, des burn-out, des bore-out, qui sont victimes de harcèlement… C’est triste.

 

Quelles difficultés avez-vous dû surmonter pour en arriver là aujourd’hui ?

La difficulté principale a été de surmonter mes peurs. Peur du changement, peur d’aller vers l’inconnu, d’être entrepreneuse…

Mon dieu, c’était terrible ! Et j’ai justement vécu de l’intérieur ce que beaucoup de gens connaissent et qui les empêche de passer à l’action : le fait d’avoir des croyances limitantes, des peurs, qui font que tout changement semble impossible. J’ai réellement dû surmonter de gros blocages.

Par exemple, j’avais une peur bleue d’être à mon compte ! C’était tellement inconcevable dans ma réalité que je l’écartais d’office ! Suite à des accompagnements divers avec des thérapeutes, j’ai pu m’en libérer. J’ai aussi fait un gros travail sur la relation à l’argent afin de m’affranchir de mon passé familial, d’alléger mes angoisses face à l’inconnu et de fluidifier mes finances. Je transmets d’ailleurs ce travail fondamental au travers d’un atelier génial et très complet sur ce thème (l’Atelier Relation à l’Argent) que je recommande à tout le monde, mais encore plus aux entrepreneurs !

Enfin, il faut aussi apprendre à avoir confiance en la vie, c’est un pari et la vie n’est qu’une expérience après tout. Il faut dédramatiser ! Notre job en tant qu’individu consiste à être sincère, à ouvrir la porte, et à suivre le chemin. Il faut juste faire de notre mieux et lâcher-prise pour s’en remettre à l’univers.

Quand notre action est juste, par rapport à ce qu’on est censé faire sur Terre, les choses s’ouvrent naturellement. Il faut simplement vraiment y aller, comme si on devait sauter en parachute ! J’ai une image qui me vient pour illustrer ce dont je parle : dans un film d’Indiana Jones, Indy doit franchir un ravin : une énigme lui indique qu’il doit avoir la foi et avancer… Et il a peur ! Mais il n’a pas le choix… Et au moment où il pose un premier pas sur le vide, un pont invisible apparaît sous ses pieds. C’est un peu ça, en fait : le chemin se construit en même temps qu’on se lance. Il faut faire confiance et être dans une dynamique d’aller de l’avant et de dépasser ses peurs. Après, il y a le doute qui fera toujours partie de notre chemin, mais qui s’apprivoise…

Et enfin ne pas être trop impatient !

 

Avez-vous une clé, une recette, pour surmonter les difficultés ?

La première chose à faire est d’être honnête envers soi et de regarder les difficultés en face. C’est comme en thérapie : tu ne peux pas résoudre quelque chose que tu ne veux pas voir.

Mais j’ai un premier joker pour prendre du recul : c’est « Un point bleu pâle » (A pale blue dot) de Carl Sagan. Mettre ses problèmes en perspective avec l’univers aide toujours à relativiser.

Ensuite, pour passer le cap, tout dépend de la nature de la difficulté !

Si c’est d’ordre professionnel (pour des compétences je veux dire), il ne faut pas hésiter à aller chercher ce savoir manquant auprès d’experts.

Si c’est d’ordre émotionnel, il ne faut pas hésiter à se faire aider. Dans un premier temps, on peut partager ses angoisses, en parler à quelqu’un de cher qui nous écoute sincèrement et peut nous conseiller pour alléger tout ça. Mais quand ça ne suffit pas, il ne faut pas hésiter à se faire aider (comme par exemple en libération émotionnelle ;-)). Moi-même, je me suis faite aider et ça a débloqué ma vie.

Aujourd’hui, j’ai la chance d’avoir des outils thérapeutiques redoutables à mon service et que j’utilise régulièrement sur moi au besoin.

En tout cas, il faut se dire qu’il y a toujours des solutions. Mais il faut aller les chercher.

Enfin, parfois une bonne nuit de sommeil suffit à prendre de la distance et à avoir l’esprit clair ! Nous voyageons dans d’autres mondes la nuit et revenons souvent avec des réponses… Essayez : quand vous n’avez pas à résoudre quelque chose, posez clairement votre question avant d’aller dormir, puis oubliez-la. Le lendemain, voyez à quoi vous pensez en premier au réveil, c’est souvent la réponse…

 

Parlez-moi de ce qui vous motive, de ce qui vous passionne dans votre activité.

Ce qui me motive est de contribuer par mon action à soulager la souffrance. Et ce qui me passionne, c’est de voir des individus évoluer. En fait, ma pratique tient un peu de l’alchimie… Faire passer les individus d’un état à un autre…

En tant que coach d’Orientation & Sens de Vie®, j’adore faire prendre conscience de certaines choses, mettre en lumière des points importants que la personne n’avait parfois même pas réalisés ! Et quel bonheur de voir quelqu’un reprendre confiance et s’envoler…

En tant que thérapeute, j’aime beaucoup voir les gens revivre et devenir pleinement eux-mêmes.

Il n’est pas rare qu’au bout de quelques séances, les gens commencent à changer de réalité. Ce qui était un problème pour eux, ne l’est plus. Le jugement des autres ne les affecte plus autant. Je vois certaines personnes remporter de sacrées victoires sur eux-mêmes ! C’est vraiment formidable !  Or, il arrive que le changement soit si naturel que certains clients ne se souviennent pas comment ils étaient avant, c’est pourquoi je fais toujours remplir un questionnaire de démarrage afin qu’ils puissent s’en rendre compte et reconnaître les avancées !

Vous savez, c’est une véritable satisfaction pour moi d’aider les gens à se libérer de lourds fardeaux. Parfois, j’entends des choses très dures dont les gens n’ont jamais parlé à personne, même pas dans leur famille. Quand ils se libèrent de cela, se transforment, ils sont plus joyeux, leur langue se délie et ils se sentent biens… Quel bonheur d’assister à ces transformations !

L’être humain est un diamant. J’aime pouvoir y faire briller de nouvelles facettes.


Avez-vous une anecdote intéressante vécue dans votre activité, à nous raconter ?

J’en ai plusieurs !
Une anecdote qui m’émerveille, c’est par exemple quand j’ai pu aider une personne à se libérer d’une agression sexuelle dans l’enfance. Au bout de trois mois, elle pouvait raconter ce qui lui était arrivé sans aucun affecte. C’était vraiment une grande victoire !

Autrement, lors d’un salon une petite fille de 10 ans est venue me parler. Elle souffrait de harcèlement scolaire et avait beaucoup de peine à digérer la trahison de sa meilleure amie. Je lui ai proposé de faire un exercice en 5 min au sujet de cette scène de trahison. Quand je lui ai demandé à la fin ce qu’il en était pour elle de ce souvenir douloureux, elle m’a dit spontanément : « poubelle ! ». Puis je l’ai revue en séances pour approfondir le travail. Au bout de quatre séances, cette petite fille allait beaucoup mieux et sa famille aussi.
J’aime travailler avec les jeunes car non seulement, ils sont des sujets formidablement réceptifs mais plus on intervient tôt, mieux c’est !

Il se passe aussi parfois des choses surprenantes en séances énergétiques… Une fois, la séance a été si intense qu’un client est tombé de sommeil en rentrant chez lui et a dormi 7 h ! Il s’est réveillé à 21 h sur son canapé (rires). Après ça, il s’est senti comme replanté dans le sol, posé, bien ancré et plus solide intérieurement. Quelque chose en lui avait profondément changé. Je l’ai revu quelques mois après et il m’a avoué que cette séance lui avait permis de remonter la pente.

Dernière anecdote : en fin de coaching Orientation & Sens de Vie®, un jeune homme de 16 ans m’a dit une très belle chose : « Ce travail m’a permis de rêver plus grand ». C’est beau, non ?

Quelle est votre occupation favorite (peut-être ailleurs que dans le travail) ?

Caresser les chats. J’aime bien chanter aussi de temps en temps.
De manière générale, j’aime bien me questionner sur les choses et les ressentir. Comprendre les gens, leur histoire, pourquoi ils en sont arrivés là. Ce qui me passionne, c’est comprendre le pourquoi du comment.
J’aime bien aussi aller au cinéma, créer, écouter de la musique inspirante, faire du jardinage bio, me baigner dans la mer… Ressentir le monde.

Quels sont vos loisirs ? Avez-vous des activités associatives ?

J’ai été dans une association de géobiologie pendant un temps, comme j’avais une certaine capacité de détection énergétique. J’ai voulu comprendre comment je fonctionnais, à quoi je réagissais…
J’ai aussi pratiqué la harpe celtique pendant 2 ans car cet instrument m’a toujours fascinée. Mais j’ai renoncé car je ne jouerai jamais comme Loreena McKennitt (rires) !

Je suis aussi abonnée à l’INREES.
En fait, j’adore apprendre des choses. Je ne peux pas rester sans apprendre des nouvelles choses. Une de mes clientes, qui par ailleurs me ressemble beaucoup, me confiait qu’elle ne pouvait pas lire de roman. Moi aussi je ne lis quasiment jamais de roman. Je n’ai déjà pas assez de temps pour lire tous les livres qui s’empilent près de mon lit alors pour lire des trucs qui n’existent pas ! J’ai l’impression de perdre mon temps. Je préfère cent fois aller au cinéma c’est plus rapide (j’y vais souvent d’ailleurs).

Le dernier « roman » que j’ai lu était La longue attente de l’Ange. Mais ce n’est pas vraiment un roman puisque c’est en grande partie autobiographique, sur la vie du peintre Le Tintoret, à Venise. C’est un sujet historique qui m’a plongée dans la peinture ancienne et le Venise de la Renaissance. Ce sont des choses qui me passionnent, pour lesquelles j’ai de la fascination.

J’adore aussi regarder des films et séries historiques : Les Tudors, Outlander, Vikings, Les Médicis, 300…
Mon film préféré est « La jeune fille à la perle » et j’aime beaucoup aussi « 300 ».
En fait, je ne suis pas vraiment de cette époque ! (rires)

Quelles sont les qualités que vous préférez chez une personne ?

L’humour !
La bonté. La bienveillance.
Le sens de l’aventure.
L’honnêteté (vis-à-vis de soi mais vis-à-vis de l’autre aussi).
La curiosité intellectuelle. L’ouverture d’esprit. La profondeur.
La force et le courage.
Ce que j’admire particulièrement chez quelqu’un, c’est quand il arrive à un stade où il ne peut plus se mentir et qu’il doit s’avouer qu’il ne va pas bien. Il est alors obligé de s’ouvrir à lui-même et de regarder en face ce qui ne va pas, et de chercher une solution pour aller mieux. Ça, je l’admire car je sais la force que cela demande. Je rencontre ce genre de personnes dans mon job.

Qu’est-ce que vous détestez par-dessus tout ?

La superficialité. La bêtise. La radinerie. La médisance. La fourberie. La méchanceté.
Les gens malveillants, quand on fait les choses avec une intention malveillante, qu’on veut nuire, pas juste par maladresse.

Avez-vous des modèles, quels sont vos héros dans la vie réelle ?

Je n’ai pas vraiment de modèle. J’admire ceux qui font preuve d’une énorme persévérance. Parce que je sais que la persévérance est une qualité maîtresse dans la vie pour arriver à ce qu’on veut. En plus de l’aptitude au bonheur.
Mais pour citer une personne : j’adore Jim Carrey ! Je l’aime ! A mes yeux, c’est l’homme le plus libre (le plus fou au sens sauvage !) et le plus drôle du monde. Et il est très spirituel. Il a compris que la vie n’était qu’un jeu !

Alors, suivons son exemple et donnons-nous-en à cœur joie !

Quel serait pour vous votre avenir idéal ?

Je serais très heureuse de pouvoir aider un maximum de gens sur ma route. Je vais d’ailleurs continuer à enrichir ma palette d’outils pour offrir le meilleur accompagnement possible à mes clients.

Et je vais aussi continuer à développer mes talents intuitifs et énergétiques en reprenant un cursus chamanique et parapsychologique, en plus de l’approfondissement de la technique des mudrâs. Concernant les mudrâs, je souhaite les faire connaitre encore plus. Mais avec mon cours collectif de mudrâs contre le stress, que j’ai mis en place depuis sept 2017 sur Vannes, c’est bien parti ! J’ai aussi envie d’organiser quelques stages…

En toute logique avec mes intérêts et mes talents, je souhaite donner à ma proposition « Quête de Soi, Quête de Sens » une dimension plus vaste et encore plus spirituelle… Mais chutt ! Je n’en dis pas plus. En 2018…

Enfin, au niveau mondial, je souhaiterais qu’il y ait vraiment une prise de conscience, un sursaut écologique dans le monde, à la fois envers les animaux et la planète. Parce que cela me touche forcément en tant qu’individu et l’Homme n’a pas tous les droits au détriment des autres êtres vivants.

Si vous pouviez avoir un don, un pouvoir surnaturel, que choisiriez-vous ?

De pouvoir voyager dans l’espace et dans le temps sous n’importe quelle forme.
Ce serait vraiment bien pratique, 100% écologique et passionnant, vous ne trouvez pas ?
Imaginez un peu : pouvoir aller sous l’eau, voir les fonds marins comme un animal aquatique, voler comme un oiseau ? Ou encore : à moi Léonard de Vinci, à moi les grands moments de l’histoire, ou bien encore penchée sur l’épaule de Vermeer ou Delacroix en train de peindre, pouvoir rencontrer mes ancêtres, savoir comment les pyramides ont été bâties…
Pouvoir m’affranchir du corps physique et me fondre dans tous les éléments. Que ce soit l’eau, l’air, le feu, la matière.
Pouvoir aller dans l’espace pour contempler les galaxies, les nébuleuses comme on les voit dans les photos d’Hubble et des grands télescopes. Sauf que là ce serait de mes propres yeux. Voir toute ces splendeurs, ces couleurs dans le noir.
En fait, je suis fascinée par les lueurs dans la nuit. Le couleur dans le noir, la couleur qui vient de nulle part.
La naissance de quelque chose dans le néant !

Si vous aviez une baguette magique, que souhaiteriez-vous être ?

Pure conscience

Quelle est votre définition du bonheur ?

Ne plus se poser de questions douloureuses. Pouvoir être authentique, être heureux en apportant sa contribution au monde, connaitre le grand amour et vivre chaque moment présent. N’avoir aucun regret.
La souffrance vient de la différence entre ce qui est et ce qu’on voudrait qui soit. Quand on accepte ce qui est, il n’y a plus de souffrance.

 

Parlez-moi d’une expérience qui vous a marquée dans votre vie ?

Comme tout le monde, il y a déjà les épreuves de la vie.
Autrement, récemment, lors de la nuit des étoiles, j’ai pu voir la galaxie d’Andromède dans le viseur du télescope… Depuis l’adolescence je me suis intéressée à l’astronomie, à l’infiniment grand. Je n’avais jamais vu de galaxie directement. Jusque-là, je n’avais vu que des étoiles ou des planètes. Mais de pouvoir contempler une galaxie sur la tranche, avec ce halo laiteux et luminescent qui me hante tant dans mes tableaux… C’est merveilleux, on a l’impression qu’un autre monde est à notre portée ! Cela m’a vraiment marquée. Et le truc qui rend fou, c’est d’imaginer que quelqu’un d’autre m’observait aussi là-bas. Je trouve ça incroyable de pouvoir embrasser tant de choses, si loin, en un seul regard. Pas vous ?

 

Que vous inspire la spiritualité ? Quel est pour vous le sens de la vie ?

La spiritualité pour moi c’est vraiment la transcendance, se connecter à plus grand que soi pour mieux se connecter à toute forme de vie, au grand TOUT.

Réaliser sa condition humaine, et du coup remettre les choses à leur place. Avoir conscience de qui on est, où on est.

Pour finalement réaliser qu’on est peu de chose et que rien n’est si grave.

De mon point de vue, la spiritualité est essentielle afin de vivre pleinement.
Se connecter au tout, le passé, le futur, et comprendre qu’on est en même temps le fruit d’une lignée. Qu’on va peut-être renaître dans une autre vie. La spiritualité englobe tellement de choses : l’au-delà, les notions de vie après la mort, de connexion à des forces plus grandes.

Il y a beaucoup de gens qui ne croient pas en la vie après la mort. Pour eux il y a rien, pas de dieu, pas de grand architecte dans l’univers… Ils n’ont aucune connexion à une quelconque spiritualité. Je trouve ça dommage. Je sais profondément qu’il y a quelque chose.

Autrement, je pense que le sens de la vie est d’exprimer notre part de lumière en ce monde et de réparer à la fois notre karma et nos blessures, pour retrouver l’unité de notre être afin de retourner en paix à la Source le moment venu, en ayant fait de notre mieux.

La plante, l’arbre ou l’animal dans lequel vous aimeriez être réincarnée ?

Une chouette de Laponie dans le grand nord. Un rapace de la nuit.

Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous, après votre mort, l’entendre vous dire ?

« Bienvenue à la maison ! Reposes-toi maintenant. Tu l’as bien mérité.»

 

Pour en savoir plus :
www.marymann.fr